Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sur la route de Jostein

Le pacte des vierges

20 Octobre 2011 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

viergesTitre : Le pacte des vierges

Auteur : Vanessa Schneider

Éditeur : Stock

Nombre de pages : 192

Date de parution : août 2011

 

Auteur :

Vanessa Schneider est journaliste politique. Auteur d’un essai et d’un film documentaire, elle a publié deux romans, La mère de ma mère et Tâche de ne pas devenir folle, parus chez Stock.

 

 

 

Résumé :

2008, Gloucester, États-Unis. Dix-sept jeunes filles d’un même lycée tombent enceintes en même temps. Stupeur dans la ville. La rumeur publique fait état d’un pacte. Les gamines se seraient concertées pour faire et élever leurs enfants ensemble. Qu’en est-il exactement ? 
À une journaliste venue enquêter sur l’événement, quatre d’entre elles se racontent. 
Il y a Lana, la meneuse, dont le père a disparu un jour, la laissant seule avec une mère devenue mutique, abrutie de médicaments, d’alcool et de télévision. Placée un temps dans un foyer, elle y a rencontré Cindy dont la mère a quitté le domicile pour s’enfuir avec le plombier et que sa tante a ensuite recueillie. Il y a Sue, coincée entre ses parents puritains et bien-pensants, et Kylie, qui partage la passion de sa mère pour Kylie Minogue et enchaîne les concours de Mini-Miss depuis toute petite. 
Leurs voix se succèdent pour évoquer le « groupe », leurs relations, le mystère de leur grossesse multiple et ce pacte, qui leur permet d’échapper au quotidien d’une ville portuaire où le chômage et ses conséquences déciment les familles et laissent peu de place à un avenir meilleur. 
À travers la narration croisée de ces quatre vies d’adolescentes, à travers le récit de leur enfance et de leurs blessures, de leurs espoirs et de leurs bonheurs, Vanessa Schneider nous raconte avec tendresse et non sans humour une certaine société américaine entre désoeuvrement, rêves et réalité.

Mon avis :

A travers ces récits croisés, Vanessa Schneider parvient à dévoiler toute la complexité de l'adolescence. des jeunes filles encore naïves, attachées à leur communauté d'amies mais qui ont encore besoin de l'amour de leurs parents quels qu'ils soient et appellent au secours dans leurs discours.

Mais déjà, dans leur langage, le sens de la responsabilité, le jugement des actes apparaissent. Peut-être, à cause de ces grossesses, leurs mentalités évoluent rapidement vers une prise de conscience. Bien vite, elles savent que le pacte passé n'est pas réaliste. Comment ces jeunes filles pourraient-elles élever ensemble leurs bébés? Elles comprennent, peut-être encore inconsciemment, que le temps de la drogue, de l'alcool et de la légèreté est révolu.

C'est surtout cette évolution que j'ai apprécié, ainsi que les quelques passages émouvants sur des souvenirs de jeunesse (un voyage en famille, l'arrivée d'un colis, la visite en prison).

L'auteur tenait à montrer l'ambiguïté de Lana, la meneuse du groupe. Sa violence n'est que la conséquence de l'éducation de ses parents démissionnaires. Mais, très vite, on comprend qu'elle est une fille fragile et sensible.

Par contre, je n'apprécie pas le style lié à la restitution d'interviews qui donne de la froideur au récit. Je conçois toutefois qu'il est en parfaite adéquation avec l'enquête journalistique et le langage des adolescents.

C'est un livre témoignage d'une société, d'une ville américaine où règne l'ennui, avec les évocations sociétales de racisme, de chômage, de délinquance. On retrouve le puritanisme américain avec les familles très croyantes et les établissements scolaires qui refusent la distribution de préservatifs et de contraceptifs.

Il est vrai que ce roman donne envie de savoir ce que sont devenues ces jeunes filles trois ans après et ce qui a évolué dans les écoles américaines depuis cet évènement.

 

J'ai lu ce livre dans le cadre de l'opération "Les matchs de la Rentrée littéraire" de Price Minister et je les remercie pour cet envoi.

 

 

RL2011b     rentree litterairePM

Lire la suite

Le ravissement de Britney Spears

18 Octobre 2011 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

rolinTitre : Le ravissement de Britney Spears

Auteur : Jean Rolin

Editeur : P.O.L.

Nombre de pages : 284

Date de parution : août 2011

 

Résumé :

Faut-il prendre au sérieux les menaces d'enlèvement qu'un groupuscule islamiste fait peser sur Britney Spears ? Les services français (les meilleurs du monde) pensent que oui. Certes, l'agent qu'ils enverront à Los Angeles pour suivre cette affaire présente quelques handicaps - il ne sait pas conduire, fume dans les lieux publics, ignore presque tout du show-business et manifeste une tendance à la mélancolie -, mais il fera de son mieux pour les surmonter, consultant sans se lasser les sites spécialisés, s'accointant avec des paparazzis, fréquentant les boutiques de Rodeo Drive ou les bars de Sunset Boulevard, jusqu'à devenir à son tour un spécialiste incontesté tant de Britney elle-même que des transports en commun de Los Angeles. II n'en échouera pas moins dans sa mission, et c'est de son exil au Tadjikistan, près de la frontière chinoise, qu'il nous adresse ce récit désabusé de ses mésaventures en Californie.

Mon avis :

Ce livre fut pour moi une agréable pause dans mes lectures de la rentrée littéraire grâce au ton enjoué et à l'ironie de l'auteur. On imagine aisément le style de l'histoire lorsque l'on sait que le narrateur est envoyé par les Services Secrets afin de déjouer un enlèvement de Britney Spears par des terroristes musulmans. D'autant plus que cette mission débute le 1er avril.

" A quiconque mettrait en doute à priori la vraisemblance des menaces d'enlèvement ou d'assassinat pesant sur la chanteuse, j'objecterai qu'il n'est guère plus absurde- et plutôt plus facile- de s'en prendre à Britney Spears qu'aux tours du Word Trade Center, et que la valeur symbolique de la première, aux yeux du public américain, est à peine moindre que celle des secondes."

Je ne suis pas fan de Britney Spears, ni de sa concurrente Lindsay Lohan, qui semble toutefois attirer davantage notre espion français et je dois dire que le fond de cette histoire m'a peu intéressée. Même, si toutefois, le regard lucide et ironique sur ces starlettes capricieuses et défraîchies par leurs frasques et le récit épique de certaines scènes de paparazzi sont intéressants.

D'ailleurs, l'auteur a une vision éclairée et légèrement moqueuse de la press people et des femmes qui la font vivre, de l'art (Mark Rothko)ou des services secrets. C'est ce qui fait vraiment le charme du livre.

"Qui lit la press people ou regarde les émissions de téléréalité? fulminait-il, les femmes!"" Et pourquoi? Parce qu'elles se détestent entre elles, et qu'elles n'aiment rien tant que de voir souffrir d'autres femmes!"

Cette lecture est aussi l'occasion de découvrir Los Angeles. Mais là, j'avoue que ne connaissant pas cette ville, je me suis perdue sur les traces de mon guide qui arpente les lignes de bus et les rues et je me suis essoufflée et lassée derrière son rythme effréné. Par contre, j'ai apprécié sa vision des bâtiments, notamment des hôtels et magasins de stars et ses allusions aux SDF et squatters qui traînent dans les coins sombres. On peut apprécier aussi le récit de l'enterrement de Daryl Gates, ancien chef de la police de Los Angeles.

" Los Angeles, la ville où l'on brûle, où l'on flambe..."

Les personnages sont étonnants, que ce soit le narrateur, son ami espion du KGB Shotemur ou  Fuck, son contact à Los Angeles.

C'est donc un livre à lire pour sa forme et ses anecdotes, mais pas pour le vie de Britney Spears, dont on parle peu, heureusement.

 

RL2011b  ce qui porte mon nombre de romans lus à 24

Lire la suite

Galveston

17 Octobre 2011 , Rédigé par Jostein Publié dans #Premiers romans

galvestonTitre : Galveston

Auteur : Nic Pizzolatto

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 320

Date de parution : septembre 2011

 

Résumé :

Dans la lignée d'un Richard Ford, une révélation littéraire exceptionnelle, la fuite éperdue de trois personnages meurtris en quête de rédemption et d'espoir, un rond trip plein d'alcool, de crimes et de colère au coeur de l'Amérique des déshérités. 1987, La Nouvelle-Orléans. Le même jour, Roy Cady apprend qu'il a un cancer du poumon et que Stan, son boss proxénète et dealer, lui confie une mission qui ressemble fort à un piège. Sorti vivant de ce traquenard, Roy prend la fuite, emmenant avec lui Rocky, petite prostituée, et Tiffany, quatre ans. Le début d'une cavale sur les routes brûlantes du golfe du Mexique jusqu'à Galveston, Texas. Et la tentation d'un répit dans un motel paumé au milieu d'autres âmes perdues... Mais comment échapper à une bande de tueurs quand on a en sa possession des documents compromettants et beaucoup de sang sur les mains ? Vingt ans plus tard, Roy est homme à tout faire. Son corps martyrisé porte les stigmates d'un terrible drame. Il n'a pour seuls compagnons que son chien et ses livres. Quelqu'un est à sa recherche...

Mon avis :

Galveston, le premier roman de Nic Pizzolatto, est le récit d'une fuite physique contre les tueurs qui lui ont tendu un piège, mais aussi une fuite morale vers un monde meilleur.

Les personnages sont tous des êtres meurtris, souvenirs de leur enfance ou âpreté de leur vie quotidienne à La Nouvelle-Orléans. gangsters ou prostituées, ils sombrent dans l'alcool, le crime ou la débauche.

Et pourtant, au milieu de cet enfer mental, il y a l'espoir, la grâce symbolisés par cette jeune enfant, Tiffany, soeur ou fille de Rocky, la jeune prostituée que Roy Cady veut aider.

Peut-être, parce que lui ne peut plus rien espérer de la vie avec ce cancer qui le ronge, il ne peut s'empêcher d'aider cette jeune femme, lolita un peu naïve. N'est-ce pas trop tard pour elle qui ne connaît que la séduction pour s'en sortir?

C'est un roman noir, quelque fois violent mais souvent terriblement humain. Quand Roy Cady a-t-il pris la mauvaise route? Aurait-il pu se ranger et mener une vie clame auprès de Loraine, sa première amie de Galveston?

En tout cas, Roy est un être touchant, un anti-héros sensible malgré sa force musculaire. L'auteur nous fait petit à petit découvrir l'autre facette de cet homme, une vulnérabilité qui s'est glissée avec la maladie, la prison et les séquelles de son passage à tabac.

Au niveau de la construction du récit, je regrette que l'auteur est intercalé des périodes de 1987 et des périodes actuelles; J'aurais préféré une construction plus linéaire qui aurait permis, je pense, de mieux vivre l'évolution du narrateur.

C'est un très bon premier roman, une histoire d'homme au coeur d'une région très bien décrite.

Lire la suite