Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sur la route de Jostein

Le journal de la veuve de Mick Jackson

29 Mars 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans étrangers

veuveTitre : Le journal de la veuve

Auteur : Mick Jackson

Editeur : Christian Bourgois

Nombre de pages : 278

Date de parution : février 2012

 

Présentation de l'éditeur :

Une femme, veuve depuis peu, s'enfuit de sa demeure londonienne pour s'installer dans le Norfolk. Loin des quelques proches dont elle ne supportait plus la fausse complaisance, elle trouve refuge dans une petite maison de pêcheurs, et réapprend à vivre seule. Son quotidien se partage entre la rédaction d'un journal auquel elle confie ses réflexions, les excursions qu'elle entreprend sur la côte et les moments passés au pub, sous le regard étonné et réprobateur des habitants du village. À mesure qu'elle reprend le contrôle de sa vie, elle se penche sur son mariage : idyllique en apparence, il se révèle en réalité porteur de lourds secrets. Mick Jackson campe avec finesse et causticité ce personnage féminin complexe, résigné et rebelle, sombre et drôle.

Mon avis :

Lorsqu'on entre dans ce récit, les premières impressions sont la lenteur et l'ennui. Mais quoi de plus normal dans la vie d'une femme de soixante ans qui vient de perdre son mari, après quarante ans de mariage. Prise d'une envie de crier dans la nuit, elle fuit le Londres où ils habitaient et part vers le Norfolk. S'enterrer là où elle ne connaît personne? Ou retrouver les petits moments de l'existence qui font une vie?

"Nous devons décider de ce qui a du prix à nos yeux, de ce qui est sacré. Et nous y cramponner."

Au début du roman, je n'ai pas vraiment compris où m'entraînait le narrateur. Elle exprime pourtant bien les tracasseries de vieux couples, puis la douleur de l'absence, le manque brutal de motivation. Mais, ces errements, ces bribes de souvenir de jeunesse ne parviennent pas à captiver le lecteur.

Ce n'est qu'en fin de livre que l'on comprend ce que cherchait cette femme dans l'isolement et dans les marais. Elle avait besoin de ce retour sur elle-même pour faire son deuil. La narratrice est une personnalité à multiples facettes, tantôt abattue et solitaire sombrant dans l'alcool, tantôt drôle, inattendue et impertinente.

L'auteur a un style soutenu et son récit insère réalisme, humour et références culturelles.

Mais cette histoire convaincra difficilement les lecteurs non concernés par la situation de la narratrice.

Je remercie la Librairie ChapitreLogo d'Orléans pour le prêt de ce roman.

 

J'ai lu ce roman en même temps que Mimi. Retrouvez son avis sur  son blog.

Lire la suite

La retraite de l'aumônier, Muenier, Suel

20 Mars 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Documents

Ju_Alexis_Muenie_4df089151dc9b.jpgTitre : La retraite de l'aumônier

Peintre : Jules-Alexis Suel

Lecture de Lucien Suel

Editeur : Invenit

 

Présentation de l'éditeur :

Dans cette ronde narrative joliment menée par Lucien Suel, lʼécrivain a su capter lʼimportance originelle du regard dans la peinture, puissamment mise en oeuvre dans lʼoeuvre de Jules- Alexis Muenier, La Retraite de lʼaumônier (1887) exposée au musée de Cambrai. Lucien Suel nous livre tour à tour les points de vue de ceux qui donnent du sens à ce tableau. Nous nous surprenons à chercher le ciel dans le haut du tableau tandis que le regard divin se pose sur ce serviteur de Dieu. Les mots de Lucien Suel nous guident à travers le tableau et nous donnent à entendre le vieil abbé, absorbé par la contemplation du déroulement de sa vie. En se remémorant affectueusement le bréviaire que lui donna le modèle de son sujet, le peintre lui aussi prend la parole et donne par là-même toute son importance à la figure centrale de la toile et de son ekphrasis : le bréviaire, la sainteté des Ecritures et lʼimmuabilité des mots, ce lieu intime où lʼécrivain et le peintre se rencontrent.

Né en 1863 à Lyon, Jules-Alexis Meunier est admis à l’école des beaux-arts de Paris à 18 ans, où il devient l’élève de Jean-Léon Gérôme. Il se lie d’amitié avec le peintre Pascal Dagnan-Bouveret. En 1887, grâce au Bréviaire, il obtient une médaille au Salon des artistes français, dont il deviendra sociétaire. Comme nombre de peintres, il fait en 1887-1888 un voyage au Maroc et en Algérie. En 1891, La Leçon de catéchisme est exposée au musée du Luxembourg à Paris. En 1895, il est fait chevalier de la légion d’honneur et est nommé conservateur du musée municipal de Vesoul en 1895. Une grande partie de son œuvre fut réalisée à Couvelon, en Haute-Saône, où son beau-père a acheté le château de Gérôme. En 1920 il obtient la médaille d’or à l’exposition universelle. Surnommé « le petit maître de Couvelon », peintre de genre et éminent représentant du naturalisme, Jules Alexis Muenier a peint près de 200 toiles parmi lesquelles de nombreuses scènes de la vie quotidienne dans les campagnes haut-saônoises, aujourd’hui exposée à Vésoul et Besançon mais également Montréal, Sydney, Melbourne, et Philadelphie.

 

La_retraite_de_l-aumonier_ou_Le_breviaire.jpg

Mon avis :

Je ne reviens pas sur la qualité de cette collection qui nous fait découvrir une oeuvre, un peintre et un auteur.

Lucien Suel fait intervenir trois narrateurs pour la lecture de ce tableau de Jules-Alexis Muenier. Vont se succéder le peintre, les pensées de l'aumônier et la voie divine.

Ces trois voix traduisent la simplicité, la maturité de l'aumônier au terme de sa vie. Le style et la construction du récit m'ont inspiré compassion et admiration pour ce vieil homme. Les traits de son visage fatigué, ses pensées simples et concrètes résument une vie de dévotion consacrée au bonheur des autres.

Il y a beaucoup de respect dans les sentiments du peintre, conscient de son succès et de ce qu'il doit à cet aumônier qui a posé pour lui et qui lui a légué son bréviaire.

L'auteur fait une très belle lecture de ce tableau. Il nous apaise grâce à des valeurs simples d'altruisme, de respect au milieu de ce jardin reposant, des rides et du regard fatigué de ce paisible aumônier.

 

J'ai acheté ce livre sur le stand Invenit au Salon du Livre de Paris et je remercie celle qui me l'a conseillé.

Lire la suite

My box de livres

9 Mars 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Humeur du jour

Depuis que je savais avoir gagné au concours de critiques du Prix Orange du Livre, j'attendais impatiemment mon lot : tous les livres lauréats des trois dernières années. Et mon carton est arrivé....

100_1546.JPG

 

Quand on ouvre la boîte, voici ce qu'on y trouve

100_1547.JPG    100_1552.JPG

 

 

16 livres!  Je n'en ai jamais reçu autant en une seule fois!

Je suis sûre que vous pouvez imaginer mon bonheur.

En voici la liste :

Les femmes du braconnier de Claude Pujade- Renaud

Paris-Brest de Tanguy Viel

L'homme de profil même de face de Charly Delwart

Zola Jackson de Gilles Leroy

Un silence de clairière de David Thomas

Le traducteur amoureux de Jacques Gélat

Un dieu un animal de Jérôme Ferrari

Chouquette d'Emilie Frèche

Une lointaine arcadie de Jean-Marie Chevrier

Nous autres de Stéphane Audeguy

Olivier de Jérôme Garcin

Les villes assassines d'Alfred Alexandre

La patience des buffles sous la pluie de David Thomas

Ce que j'appelle oubli de Laurent Mauvignier

Les heures silencieuses de Gaëlle Josse

L'origine de la violence de Fabrice Humbert

 

Ce qui va me faire grossir ma PAL de 14, car j'avais déjà lu les deux premiers.

 

Je remercie Orange pour l'organisation de ce concours qui va me permettre de découvrir des auteurs qui me tentent depuis quelques temps et des titres que j'avais raté durant ces trois dernières années.

 

Si vous avez déjà lu certains livres de cette liste, laissez moi vos impressions. ceci me permettra de donner une priorité à certaines lectures.

 

 

Lire la suite