Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sur la route de Jostein
Articles récents

La nostalgie de l'ange

15 Novembre 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

seboldTitre : La nostalgie de l'ange

Auteur: Alice Sebold

Editeur: J'ai lu

Nombre de pages:347

 

 

Résumé:

Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie.Assassinée à l'âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973. « Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n'est pas Mr. Botte qui m'a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C'est bien ça le problème. On n'est jamais sûr de rien... C'est un voisin qui m'a tuée. »

Susie est au Ciel, et pourtant son aventure ne fait que commencer...

Mon avis:

Le sujet du livre, la disparition et le meurtre d'une petite fille, est évidemment très émouvant. Mais l'auteur a choisi de faire raconter cet évènement par la victime elle-même, depuis le paradis.

Ce biais est en effet original et donne toute sa dimension au livre. Ce point de vue permet ainsi d'avoir plus de détachement par rapport à cet acte barbare et d'éviter le mélodramatique.Toutefois le récit est très pudique et moins profond. La jeune fille nous donne aussi une version un peu idyllique du paradis.

J'ai aussi trouvé intéressant de suivre la manière de réagir des différents membres de la famille et amis.Dans ce cas, il est difficile d'affronter la réalité et chacun assume le drame comme il peut.

Le père, inconsolable, s'investit dans l'enquête. Il veut trouver le coupable.

La mère fuit dans une relation adultère. Il lui faut trouver une issue vers le bonheur.

La soeur est sûrement le personnage le plus adulte de l'histoire puisqu'elle à la fois le besoin de trouver la vérité, de venger sa soeur qui lui manque énormément mais aussi celui  de vivre sa vie.

Le petit frère, que tout le monde veut protéger, même Susie depuis le paradis, se réfugie auprès de son père.

Quant à la grand-mère, c'est l'occasion pour elle de reprendre pied dans le concret, d'abandonner sa frivolité au profit de cette famille en détresse.

Puis, il y a les réactions des amis, des voisins et surtout celui de Ruth, une jeune fille un peu médium qui ressent les choses différemment.

Le style littéraire est classique et sobre. Je n'ai pas été insensible à l'histoire mais j'aurais aimé une version plus intense.

 

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune initié par Leyla.

Lire la suite

Dame langouste d'Amélie Schoendoerffer

2 Novembre 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Premiers romans

langousteTitre: Dame langouste

Auteur: Amélie Schoendoerffer

Editeur: JC Lattès

Nombre de pages: 200

 

Auteur:

Amélie Schoendoerffer est née à Paris en 1968. Elle se passionne pour le cinéma et les études d’art, avant de travailler dans l’édition. Dame Langouste est son premier roman.

Résumé:

« Mon insouciance, le diabète me l’a enlevée. » 

A seize ans, Amélie est brutalement happée par une maladie viable mais incurable : le diabète insulinodépendant. 

Celle que son père, cinéaste et écrivain de renom, surnomme affectueusement « Dame Langouste », ne se supporte pas et déteste ce mal qu’elle perçoit comme une maladie honteuse. Pour continuer à vivre, elle se ment, joue avec le feu, teste ses limites. 
Etouffée par une famille qu’elle aime plus que tout, Amélie part à la conquête de ses rêves et recherche le grand frisson. Mais comment vivre une histoire d’amour losqu’on a le sentiment d’être anormal ? Comment mener une vie professionnelle équilibrée lorsque la maladie vous rappelle sournoisement à son souvenir ? 
Un récit lucide et poignant, entre folie douce et réalité cuisante, un plongeon dans la vie déjantée d’une fille « qui ne tient jamais sur ses talons aiguilles ».

Mon avis:

J'ai choisi de lire ce roman, attirée par la couverture et le résumé.

Au départ, le lecteur s'attend à un témoignage d'une jeune femme atteinte d'une forme sévère de diabète.

Mais très rapidement, l'auteur part sur le récit décousu d'épisodes légers de sa vie et une longue suite de "beuveries" et de leurs conséquences prend le pas sur le sujet principal. Il n'y a aucune profondeur, ni linéarité dans l'histoire.  Bien sûr, je comprends qu'Amélie Schoendoerffer veut ignorer ce mal et vivre normalement. Est-il pour cela nécessaire de faire étalage de cette vie bourgeoise d'artistes, de nous gaver de réceptions et de "garden-parties" qui finissent toujours par des bagarres et des vomissements ?

Certes, son père Pierre Scoendoerffer est un grand réalisateur; je comprends que sa fille l'admire mais il est sûrement possible d'en parler plus largement que d'en dire:

" Papa, personnage public important, estimé, admiré."

Fille d'artistes, Amélie voulait être actrice. Ses débuts sont décevants, alors elle décide d'être écrivain. Le talent n'est pas toujours héréditaire.

Le style est quelconque, voire grossier et irrévérencieux.

" Je me suis servi un verre de vin blanc, allumé une clope et commencé à faire la bouffe."

" On s'est bourré la gueule à la margarita en racontant des conneries devant la télé."

" l'autre avait débarqué..." (en parlant de Jacques Dutronc).

Je ne suis pas intéressée par ce genre de littérature;

 

Je remercie logo et les  jc lattès de m'avoir permis de lire ce livre. Mes dernières lectures m'avaient fait douter de mon sens critique car je trouvais tous ces livres bons ou très bons. je sais maintenant que je peux être déçue   par une lecture.

 

Mais je vous conseille de lire l'avis de Pimprenelle, moins négative que moi sur cette lecture.

Lire la suite

Les damnés de Lauren Kate

14 Octobre 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Policiers étrangers

Pour tous les fans de la littérature Bit-Lit, je vous conseille d'aller faire un petit tour sur le site de Stéphie et peut-être de gagner un exemplaire du premier tome de la nouvelle saga de Lauren Kate.

 

damnes.gif

 

 

Dépêchez-vous, le concours prend fin le 19 octobre à minuit.

Bonne chance à toutes et tous!

Lire la suite

Anciens articles

4 Août 2010 , Rédigé par Jostein



Titre : Les Onze
Auteur : Pierre Michon
Editeur
: Verdier

J'ai souhaité lire ce livre suite à une très bonne critique sur le magazine LIRE. Je pense que "Les onze" est une oeuvre pour un public spécifique, intéressé par l'Histoire et l'Art.
La première partie est basée sur les origines et la vie de François Elie Corentin de la Marche, peintre, le Tiepolo de la Terreur. On y decouvre la vie des Limousins (origine de Pierre Michon) sur les bords de la Loire, à côté d'Orléans.
La seconde partie raconte l'histoire d'une commande de tableau représentant les onze participants du Comité du Salut Public (La terreur 1793) par l'un des membres du comité.
Robespierre doit y être représenté au centre. Il y incarnera selon la suite de l'Histoire un héros ou un traître.
Ce chapitre est un exemple du rôle du pouvoir, de l'abus de pouvoir et de la manipulation.
On apprécie la magnifique description de ce tableau, on a réellement l'impression de le découvrir dans cette grande salle du Louvre.
On assiste donc ici à une pure fiction (suscitée par une même fiction de Michelet) mais qui s'inscrit dans la réalité de l'Histoire.

 

Titre : L'année brouillard

Auteur : Michelle Richmond
Editeur : Buchet Chastel

 

L’Année Brouillard a pour thème la disparition d’Emma, petite fille de six ans,  alors qu’elle se promenait sur une plage avec sa future belle-mère, Abby.

C’est donc un thème douloureux puisqu’il traite de la perte d’un enfant. On tombe pourtant rarement dans le mélodrame car le récit tourne sur les recherches d’Abby, son sentiment de culpabilité et sa formidable énergie à tout engager pour retrouver cet enfant.

Au bout d’une centaine de pages, je me suis demandée comment l’auteur allait réussir à nous intéresser pendant 500 pages sans tomber dans le pathétique. En fait le roman est ponctué de passages plus légers liés aux souvenirs d’Abby  et de réflexions sur le fonctionnement de la mémoire.

Toutefois, le suspens est moindre car on se doute assez rapidement du dénouement.

C’est une histoire touchante qui nous fait inévitablement penser à tous ces enlèvements d’enfants dans l’actualité et la détresse de leurs parents, bien menée et illustrée par les voyages et les réflexions sur le fonctionnement de la mémoire mais elle ne m’a pas fait vibrer.

 

Avis :

Lire la suite

Un soupçon légitime

2 Août 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans étrangers

soupcon.jpgTitre : Un soupçon légitime

Auteur : Stefan Zweig

Editeur : Grasset

Nombre de pages :139 (82 en VF)

Edition bilingue français/allemand

 

Résumé:

Un soupçon légitime est l'histoire d'un homme dont les passions vont causer le malheur de son entourage. John Limpley s'installe à la campagne avec son épouse et adopte un chien, Ponto. Adulé par son mare, l'animal se transforme en tyran... jusqu'au jour où il est délaissé, lorsque la jeune femme tombe enceinte. Le drame qui va suivre est d'autant plus tragique qu'il reste inexpliqué. Dans cette nouvelle angoissante, inédite en français, on retrouve le style inimitable de Zweig et sa finesse dans l'analyse psychologique. Comme dans Lettre d'une inconnue ou Le joueur d'échecs, il dépeint avec virtuosité les conséquences funestes de l'obsession et de la démesure des sentiments.

 

Mon avis:

Un style élaboré, un vocabulaire riche et une intrigue inattendue font de ce court roman une histoire remarquable.

L'analyse fine et détaillée des personnages est impeccable. L'auteur exprime à merveille le comportement et les pensées du chien, ce qui est inattendu et intéressant.

Il y a peu à découvrir au niveau de l'intrigue quand on a lu le résumé mais la richesse du livre est dans la description et l'analyse. Le soupçon légitime évoqué en début d'histoire ne s'adresse pas à qui l'on croit.

L'attrait du livre vient aussi du fait que c'est la voisine, un personnage neutre et annexe au drame qui s'exprime. Le lecteur a ainsi une vision impartiale des sentiments en présence.

C'est une histoire un peu cruelle mais superbement bien amenée. Elle explique aussi les dérives comportementales de certains animaux et la responsabilité de leur maître.

Lire la suite

Hush de Kate White

14 Juin 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Policiers étrangers

hushTitre : Hush

Auteur : Kate White

Editeur : Marabout






Résumé:

Lorsque Lake Warren apprend que son ex-mari exige la garde de leurs enfants, elle est persuadée que sa situation ne peut pas empirer. Le bon côté des choses, c'est qu'elle vient de passer la nuit avec le séduisant Dr Keaton, avec qui elle travaille dans une clinique d'insémination artificielle. Mais au matin, elle découvre le cadavre de Keaton dans une mare de sang… Pour ne pas risquer la garde de ses enfants, elle doit mentir à la police et découvrir elle-même la vérité. Elle ne tarde pas à comprendre qu'elle est dangereusement proche des secrets sordides de la clinique et de Keaton. Peut-elle tout arrêter avant qu'il ne soit trop tard ?


Mon avis :

"Hush" est un roman policier qui fonctionne bien. L'énigme est bien construite, le mystère est préservé jusqu'à la fin du livre et le lecteur se laisse embarquer par l'histoire en voulant absolument connaître le dénouement.

Le contexte de cette enquête est intéressant puisque l'on se trouve au coeur d'une clinique spécialisée dans le traitement de la stérilité et se posent alors des questions d'éthique.

Lake Warren, consultante en marketing embauchée par cette clinique se retrouve à mener une enquête à la suite d'un meurtre dans lequel elle se trouve mêlée.

C'est un personnage remarquable car fragilisée par une vie privée qui bascule, elle agira avec ténacité afin de préserver la sécurité de ses enfants. Tous ses actes se trouvent légitimés par son histoire personnelle.

Au départ, je n'ai pas trop apprécié le style d'écriture, notamment l'humour un peu niais de petites phrases ("il n'a même pas le temps de s'occuper de son poisson rouge" ou " les cheveux longs cendrés n'étaient pas sans rappeler le pelage d'un caniche nain.") . De même, les éternelles questions répétitives à la suite de chaque évènement traduisent un moyen assez lourd de maintenir l'intérêt du lecteur (" Était-ce le meurtrier de Keaton qui s'était présenté à sa porte?" "Cette personne allait-elle frapper une nouvelle fois?" ...)

L'ambiguïté des personnages et les différentes péripéties de l'histoire suffisaient à maintenir l'intérêt du lecteur. Je pense que c'est au lecteur de se questionner et il est superflu et frustrant que l'enquêteur se pose les questions à notre place.

En résumé, "Hush" est un bon roman policier basé sur une histoire bien construite, avec un suspense entretenu mais sans grand intérêt littéraire.



J'ai découvert ce livre grâce à un partenariat avec logo et je les remercie une nouvelle fois. Je remercie aussi les Editions Hachette pour l'envoi de ce roman et leur petite carte manuscrite de remerciement.

Découvrez le site du livre

Lire la suite

L'homme qui voulait être heureux

8 Juin 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

gounelleTitre : L'homme qui voulait être heureux

Auteur : Laurent Gounelle

Éditeur : Pocket

Mon avis:

http://surlaroutedejostein.wordpress.com/2010/06/08/lhomme-qui-voulait-etre-heureux-laurent-gounelle/

 

 

Lire la suite

La peine du menuisier de Marie Le Gall

31 Mai 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

legallTitre : La peine du menuisier

Auteur : Marie Le Gall

Éditeur : Phebus


 

 

 

Auteur :

Marie Le Gall est née en 1955 à Brest. Elle est professeure de lettres à Fontainebleau. La Peine du Menuisier est son premier roman.


Résumé :

«J'étais la fille du Menuisier, je le savais. Jeanne, malgré sa folie, était plus normale que moi, côté filiation. Elle le nommait. Pas moi. Nous n'avions pas de mots l'un pour l'autre. Notre lien était un long fil continu que personne ne pouvait voir. Aucun mot ne s'y accrochait comme le font les notes sur une portée. Nous-mêmes en étions ignorants, seulement soupçonneux de sa présence tenace.»

Son père est une ombre solitaire, sa maison bruisse de silences et les murs de pierre suintent le mystère... La narratrice grandit dans une atmosphère lourde de non-dits. Pourquoi celui qu'elle appelle le Menuisier est-il si lointain ? Pourquoi sa famille semble-t-elle perpétuellement en deuil ? Elle aimerait poser des questions, mais on est taiseux dans le Finistère. Livrée à ses doutes et à ses intuitions, elle écoute les murmures, rassemble les bribes, tisse patiemment une histoire. Des années lui seront nécessaires pour percer le secret de son ascendance, mesurer l'invisible fardeau dont elle a hérité.

D'une plume à la fois vibrante et pudique. Marie Le Gall décrypte l'échec d une relation père-fille et touche au coeur.


Mon avis :

Quelle étrange relation entre ce père "Le Menuisier" et sa plus jeune fille. Est-ce l'écart d'âge (plus de 50 ans) ou les difficultés liées à cette fille aînée, Jeanne, prise de crises de folie? Y-a-til d'autres secrets de famille qui rendent le père si taciturne, si absent? Il n'arrive pas à communiquer avec sa fille. Elle en a peur et refuse les plus petites opportunités de l'entendre.

L'atmosphère de ce livre est lourde et sinistre. L'auteur est obnubilée par la mort, par "ces encadrés", ces portraits de membres de la famille décédés jeunes ou tragiquement. La proximité du cimetière et l'ambiance bretonne avec l'évocation des "amaons" (âmes des trépassés) ajoutent une dimension morbide au récit .

Par contre, j'ai apprécié la nostalgie de la vie dans les petits villages et des habitudes des années soixante (landi, chocorêve, messe de minuit, le formica...).

L'auteur sait conserver l'intérêt du lecteur car Marie continue à chercher ce qui rend sa famille si ténébreuse. Elle va déterrer tous les secrets de famille mais elle et sa famille ne seront en paix tant qu'elle n'aura pas libéré une âme qui les tourmente.

Le style est sobre et pudique, la progression du livre est lente mais l'intérêt du lecteur est maintenu jusqu'à l'évocation du terrible secret familial.

 

Ce livre fait partie de la sélection 2010 du Prix des Lecteurs du télégramme.


Lire la suite

Une histoire d'homme

15 Mai 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Romans français

hommeTitre : Une histoire d'homme

Auteur : Bruno La Sassier

Editeur : JC Lattès


 

 

 

Résumé :


Une histoire d'homme, une histoire simple, celle d'un avocat quadragénaire à qui tout réussit : une vie professionnelle intense, une passion pour la nature, une bande d'amis de jeunesse. Pourtant l'image éclatante dissimule une errance sentimentale, jusqu'à cette journée de mariage... Mais l'autre peut-il nous sauver de nous-mêmes ? Avec cette évocation juste et lucide, Bruno Le Sassier explore la mécanique amoureuse des hommes fragiles.


Mon avis :


Voilà un livre dont le titre et la couverture sont bien choisis. L'auteur nous confie effectivement ses réflexions sur ses rencontres amoureuses avec une réelle perception masculine. Son amour de la nature vaut au lecteur de magnifiques descriptions d'espaces boisés et de paysages.

J'ai vraiment été emporté par ce récit. D'une part par la construction habile qui permet d'évoquer un souvenir en partant d'une rencontre faite lors de sa journée de mariage, laquelle est est récit conducteur du livre.

D'autre part, nous sommes tenus en haleine par le mystère puisque nous ne connaîtrons qu'à la fin du roman le nom de l'heureuse élue.

Et surtout, le lecteur suit le récit pour comprendre ce qui empêche le narrateur de s'engager réellement dans une histoire d'amour. est-ce la peur de la mort, est-ce le souvenir de cette ancienne amie décédée?

une phrase traduit bien ces rencontres vaines et successives. "Il n'y avait rien à trouver chez l'autre, si l'on y cherchait la réponse à ses propres interrogations".

J'ai été séduite par ce personnage, par cette bande copains fidèles en amitié. Le récit est très prude et personnel.

La fin est assez surprenante mais elle ajoute encore une dimension émotionnelle au roman.

C'est une belle découverte et j'en remercie logo.png et les  jc lattès.

Lire la suite

Le souffle des marquises

10 Mai 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Jeunesse

marquisesTitre : Le souffle des marquises

Auteurs : Muriel Bloch, Marie-Pierre Farkas

Editeur: Naïve


Roman adolescent dès 12 ans


J'ai lu ce livre avec ma fille de 12 ans pour un partenariat avec blogobook.jpg.


Résumé :

Lille, 1862 : Éléonore a dix ans et une oreille exceptionnelle.
Son père devient fou de rage lorsqu'il découvre qu'elle joue de la musique en cachette : ce n'est pas convenable ! Pour lui faire passer l'envie de devenir musicienne, il l'envoie à Paris chez son oncle et sa tante, qui tiennent une blanchisserie. Mais l'enfant trouve vite le moyen de se faire embaucher dans l'atelier de fabrication d'instruments de Monsieur Adolphe Sax, le génial inventeur du saxophone.
Commence alors une vie peuplée d'amitiés et d'amours impossibles, entre Montmartre et Pigalle, où se croisent peintres, artistes et tout le petit peuple de Paris, aux temps de la Commune et des premières Expositions universelles. Devenue une musicienne hors pair, Éléonore rencontre un trompettiste américain qui va bouleverser sa vie. Le souffle de cet amour la conduira au-delà de l'Atlantique, jusqu'à La Nouvelle-Orléans...


Notre avis:


- Qu'as-tu pensé de ce livre "Le souffle des marquises?

- J'ai bien aimé car je fais aussi de la musique et qu'il y a plein d'aventures.

- Moi, je pense que c'est un livre intéressant pour les jeunes de ton âge car il y a des repères historiques.

- Oui, j'ai retrouvé la campagne de Napoléon III contre les Prussiens. Mais c'est mieux qu'en cours car c'est plus "des petites histoires" comme la famine à Paris, la façon de vivre ou le début des écoles gratuites.

- Savais-tu que les enfants travaillaient aussi jeune au XIX ème siècle?

- Je ne savais pas que les enfants travaillaient dès 6 ans. Cela a du être difficile pour Eléonore de quitter sa famille aussi jeune!

-Qu'as-tu aimé dans ce livre?

- J'ai retrouvé des coutumes du Nord de la France que je connaissais car ma grand-mère y habite. J'aime bien les personnages d'Eléonore et Carmel. J'ai pleuré aussi quand elle perd son frère et que son père est méchant avec elle.

- As-tu remarqué comment on considérait les femmes à cette époque? Elles n'avaient pas le droit de jouer de la musique ou travailler où elles voulaient?

- Oui, heureusement que cela a changé!

- Y-a-t-il quelque chose que tu n'as pas aimé dans ce livre?

- Je trouve que les années passent vite et je n'aime pas ne pas savoir la fin.

- Nous lirons les tomes suivants!


Je trouve ce livre très intéressant pour les enfants de 10- 12 ans parce qu'il concrétise les leçons vues en histoire (travail des enfants, l'invasion de Paris par les Prussiens, les expositions universelles, l'immigration vers les États-unis). C'est aussi une découverte géographique et bien-sûr une exploration du monde de la musique.

Puis, c'est surtout la très belle histoire de cette enfant obligée de quitter sa famille, sa découverte de Paris puis des États-Unis. Sa témérité est un exemple (peut-être à ne pas suivre pour nos jeunes enfants car elle va quand même très loin) mais elle leur permet d'élargir leurs horizons.

C'est un livre intelligent, dynamique et émouvant. Le style est simple et facilement abordable pour cette tranche d'âge.


J'ai passé un très agréable moment avec ma fille et j'en remercie blogobook.jpg  et les Editions naive.jpg

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>