Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sur la route de Jostein

bande dessinee

Maus - Art Spiegelman

12 Novembre 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Bande Dessinée

maus.jpgTitre : Maus

Auteur : Art Spiegelman

Editeur : Flammarion

Date de parution : janvier 1994

 

Présentation de l'éditeur :

Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire. Des portes d'Auschwitz aux trottoirs de New York se déroule en deux temps (les années 30 et les années 70) le récit d'une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils, qui se débat pour survivre au survivant. Ici, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris.

 

 

 

Mon avis :

J'avais acheté ces deux tomes pour mes filles sur les conseils de professeurs de collège. Le challenge d'Ys me donne aujourd'hui l'occasion de les relire et d'en parler. La bande dessinée est un bon support pour toucher les plus jeunes sur des sujets sensibles et difficiles. En plus de ce support, l'auteur allège le récit en mêlant la rencontre d'un fils avec son père un peu aigri et malade du coeur et le récit de l'histoire des juifs polonais pendant la seconde guerre mondiale.

Le récit d'une période tragique devient ainsi moins choquant pour de jeunes lecteurs sans toutefois occulter le drame vécu par les juifs.

Art Spiegelman insiste toutefois beaucoup sur la richesse de la famille d'Anja, la mère de l'auteur et la pingrerie de son père. La caricature des peuples en animaux est amusante mais aussi étonnante puisque les juifs sont des rats, les allemands des chats et les polonais des cochons.

L'auteur raconte par le biais de conversations entre père et fils, les difficultés grandissantes pour les juifs en Pologne de 1939 à 1945 avec les rafles sournoises, les caches, le marché noir, les ghettos et les camps. Vladek, le père est suffisamment débrouillard pour trouver du travail, de la nourriture et des abris mais Anja, la mère devient vite affolée suite à la disparition de sa famille et de son fils.

Le graphisme est très expressif et le choix du noir et blanc est tout à fait adapté au sujet.

On ne peut que conseiller cette lecture à de jeunes adolescents.

 

2012ys     nordique

Lire la suite

Et ça vous fait rire?

17 Avril 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Bande Dessinée

dagssonTitre : Et ça vous fait rire?

Auteur : Hugleikur Dagsson

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 192

Date de parution : novembre 2011

 

Auteur :

Né en 1977 en Islande, Hugleikur Dagsson est dessinateur, critique de film et chroniqueur à la radio. Il a aussi écrit trois pièces de théâtre. Il est surtout connu pour ses recueils de dessins d'humour noir. Et ça vous fait rire?, paru en 2009 chez Sonatine Editions, est un best-seller en Islande.

Présentation de l'éditeur:

Hugleikur Dagsson nous vient d'Islande. En Islande, la nuit dure dix-neuf heures l'hiver. En Islande, il n'y a pas de nuit l'été. En Islande, la boisson nationale est la " Black Death ". En Islande, le plat national est composé de viande de requin faisandée. En Islande, ce livre est un best-seller. En France, ce livre est en passe de devenir culte.

Mon avis :

Et çà vous fait rire?

Franchement, pas du tout...mais c'est peut-être l'objectif. Faire réfléchir par la transgression, le choquant.

Le prologue nous prévient de l'étrange goût du public islandais, fan de l'Eurovision. Il paraît que le plus grand centre commercial islandais a la forme d'un phallus. Voilà le décor est planté.

C'est un livre qui se lit en cinq minutes. Les dessins sont hyper simples, ce sont des bonhommes avec deux ronds et quatre traits (style maternelle) et des bulles. Ce qui ne me gêne pas plus que ça puisque c'est le style de dessin humoristique qui illustre les journaux ou magazines.

Mais, les sujets et la façon de les traiter m'ont plus choquée que fait rire. L'auteur traite de l'inceste, du sexisme, de l'homosexualité, de la religion, de la pédophilie. Ce sont des thèmes qui ne prêtent pas forcément à rire et qui supportent difficilement la dérision. De plus les textes sont souvent vulgaires, macabres, scatologiques. En choisissant ce livre, je voulais découvrir une autre forme d'humour mais ce n'est franchement pas mon univers.

Toutefois, les adeptes de Reiser ou du style hara-Kiri aiment beaucoup l'humour noir de ce jeune islandais. Alors si c'est votre cas, ne vous fiez pas à mon avis et vous apprécierez sûrement ce petit recueil.

Je remercie les Éditions Pocket et babelio pour ce partenariat dans le cadre de l'opération Masse critique. 

 



Lire la suite

Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle

28 Janvier 2012 , Rédigé par Jostein Publié dans #Bande Dessinée

jerusalemTitre : Chroniques de Jérusalem

Auteur : Guy Delisle

Éditeur : Delcourt

Nombre de pages : 334

Date de parution: novembre 2011

 

Présentation de l'Editeur :

Guy Delisle et sa famille s’installent pour une année à Jérusalem. Pas évident de se repérer dans cette ville aux multiples visages, animée par les passions et les conflits depuis près de 4000 ans. Au détour d’une ruelle, à la sortie d’un lieu saint, à la terrasse d’un café, le dessinateur laisse éclater des questions fondamentales et nous fait découvrir un Jérusalem comme on ne l’a jamais vu.

 

 

 

Mon avis :

J'avais beaucoup entendu parler de cette bande dessinée et le challenge Destination Israël fut l'occasion de découvrir ce graphiste canadien.
Ce qui m'a le plus frappé dans ce livre est l'opposition du côté naïf de l'auteur et la gravité des évènements. Derrière ce côté touriste et au travers d'anecdotes quotidiennes, l'auteur met en lumière l'absurdité, souvent inhumaine, de certains comportements.
Si Tahar Bekri ( voir ma chronique sur Salam Gaza) s'insurge, dénonce et s'émeut de l'oppression d'un peuple, Guy Delisle repère, au cours de ses ballades, les murs, les Check- points, les rues séparées par une ligne jaune, les colonies qui s'installent sur les territoires palestiniens, les bus différents pour juifs ou arabes.
Des petites phrases surviennent au milieu des conversations, et de manière très simple, des messages importants passent.
"Ils (les palestiniens) ont le droit de voter démocratiquement, mais ils doivent voter démocratiquement pour le parti qu'Israël à choisi."
" on paye les mêmes taxes qu'eux mais on n'y a pas droit." ceci en parlant de l'eau en été ou de la collecte des ordures.
Il ne fait que décrire ce qu'il vit, comme les contrôles à l'aéroport ou les différences de visite à Hébron suivant l'appartenance du guide.
Il "croque" ce qu'il voit, ce qui l'étonne. Il décrit les personnages qu'il rencontre, ne pose pas de jugements mais parvient parfaitement à les définir. Il sait saisir l'humour des situations, des réflexions.
"T'as vu même quand on est morts, ils nous surveillent."(croquis du mur autour du cimetière de Bethléem).
L'opération "plomb durci", attaque israélienne de décembre 2008, est relaté sans que l'auteur ne semble y prendre parti. Et pourtant, sa femme Nadège y travaille pour Médecins Sans Frontières. Car sa vision se veut  extérieure et très objective. Lors de son séjour, Guy s'efforce de parler avec toutes les personnes qu'il peut rencontrer, quelque soit leur religion.
Côté graphisme, je ne suis pas une spécialiste de la BD, mais le coup de crayon est très simple. J'aime beaucoup les petits croquis explicatifs, les petites flèches qui précisent. Là aussi, l'auteur souhaite avant tout éclairer le lecteur.
Il me semble que l'auteur a su utilisé l'art de la bande dessinée pour éclairer une situation géo-politique. Grâce à cet observateur candide, et malgré la légèreté du fond et de la forme, le lecteur perçoit très aisément la complexité et la gravité de la situation.

Lire la suite