Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sur la route de Jostein

premiers romans

Galveston

17 Octobre 2011 , Rédigé par Jostein Publié dans #Premiers romans

galvestonTitre : Galveston

Auteur : Nic Pizzolatto

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 320

Date de parution : septembre 2011

 

Résumé :

Dans la lignée d'un Richard Ford, une révélation littéraire exceptionnelle, la fuite éperdue de trois personnages meurtris en quête de rédemption et d'espoir, un rond trip plein d'alcool, de crimes et de colère au coeur de l'Amérique des déshérités. 1987, La Nouvelle-Orléans. Le même jour, Roy Cady apprend qu'il a un cancer du poumon et que Stan, son boss proxénète et dealer, lui confie une mission qui ressemble fort à un piège. Sorti vivant de ce traquenard, Roy prend la fuite, emmenant avec lui Rocky, petite prostituée, et Tiffany, quatre ans. Le début d'une cavale sur les routes brûlantes du golfe du Mexique jusqu'à Galveston, Texas. Et la tentation d'un répit dans un motel paumé au milieu d'autres âmes perdues... Mais comment échapper à une bande de tueurs quand on a en sa possession des documents compromettants et beaucoup de sang sur les mains ? Vingt ans plus tard, Roy est homme à tout faire. Son corps martyrisé porte les stigmates d'un terrible drame. Il n'a pour seuls compagnons que son chien et ses livres. Quelqu'un est à sa recherche...

Mon avis :

Galveston, le premier roman de Nic Pizzolatto, est le récit d'une fuite physique contre les tueurs qui lui ont tendu un piège, mais aussi une fuite morale vers un monde meilleur.

Les personnages sont tous des êtres meurtris, souvenirs de leur enfance ou âpreté de leur vie quotidienne à La Nouvelle-Orléans. gangsters ou prostituées, ils sombrent dans l'alcool, le crime ou la débauche.

Et pourtant, au milieu de cet enfer mental, il y a l'espoir, la grâce symbolisés par cette jeune enfant, Tiffany, soeur ou fille de Rocky, la jeune prostituée que Roy Cady veut aider.

Peut-être, parce que lui ne peut plus rien espérer de la vie avec ce cancer qui le ronge, il ne peut s'empêcher d'aider cette jeune femme, lolita un peu naïve. N'est-ce pas trop tard pour elle qui ne connaît que la séduction pour s'en sortir?

C'est un roman noir, quelque fois violent mais souvent terriblement humain. Quand Roy Cady a-t-il pris la mauvaise route? Aurait-il pu se ranger et mener une vie clame auprès de Loraine, sa première amie de Galveston?

En tout cas, Roy est un être touchant, un anti-héros sensible malgré sa force musculaire. L'auteur nous fait petit à petit découvrir l'autre facette de cet homme, une vulnérabilité qui s'est glissée avec la maladie, la prison et les séquelles de son passage à tabac.

Au niveau de la construction du récit, je regrette que l'auteur est intercalé des périodes de 1987 et des périodes actuelles; J'aurais préféré une construction plus linéaire qui aurait permis, je pense, de mieux vivre l'évolution du narrateur.

C'est un très bon premier roman, une histoire d'homme au coeur d'une région très bien décrite.

Lire la suite

Nu rouge

31 Août 2011 , Rédigé par Jostein Publié dans #Premiers romans

nu rougeTitre : Nu rouge

Auteur : Frédéric Touchard

Editeur : Arléa

Nombre de pages : 204

Date de parution : août 2011

 

Résumé :

Terminant sa thèse sur Édouard Pignon, c’est vers le Nord-Pas-de-Calais, région natale du peintre, que Camille décide de partir. Elle veut mettre ses pas dans les siens, retrouver les lieux de son enfance, voir de ses yeux les lumières, les gens, les paysages qui ont inspiré le peintre. Mais, très vite, cette quête va prendre une autre dimension. Guidée par Jean, rencontré par hasard et avec qui se noue le début d’une histoire, elle plonge dans une réalité qu’elle n’imaginait pas, faite de luttes et de traditions ouvrières malmenées par la disparition des mines et des filatures. Dumont Cassel à Marles-les-Mines, de Roubaix à Dunkerque, mais aussi à Calais, elle découvre pêle-mêle et en accéléré les blessures de la Grande Guerre, les friches industrielles, l’errance désespérée des sans-papiers. Chaque rencontre, chaque lieu visité lui parlent de résistance et d’engagement politique. Mais que pèse sa vie face à ce destin collectif ? Rien ni personne, même pas Jean, surtout pas Jean et son amour naissant, ne pourra l’empêcher d’aller vers son destin. Et le geste insensé qu’elle décide d’accomplir la révélera à elle-même.

Mon avis :

" De ce Nord, Camille ignore encore l'ordre et les désordres..."

Moi, ce Nord, je le connais un peu puisque j'y suis née. Et pourtant, j'ai beaucoup appris dans ce livre. L'auteur parle de la région Nord/Pas de Calais sous plusieurs dimensions (géographique, historique, sociale et culturelle).

Suite de mon avis sur mon nouveau blog :

http://surlaroutedejostein.wordpress.com/2011/08/31/nu-rouge-frederic-touchard/

 

 

Je remercie Logo Partenariats News Book et les Editions Arléa pour la lecture de ce livre.

 

RL2011b  challenge-rentrée-littéraire-2011-PE

Lire la suite

Dame langouste d'Amélie Schoendoerffer

2 Novembre 2010 , Rédigé par Jostein Publié dans #Premiers romans

langousteTitre: Dame langouste

Auteur: Amélie Schoendoerffer

Editeur: JC Lattès

Nombre de pages: 200

 

Auteur:

Amélie Schoendoerffer est née à Paris en 1968. Elle se passionne pour le cinéma et les études d’art, avant de travailler dans l’édition. Dame Langouste est son premier roman.

Résumé:

« Mon insouciance, le diabète me l’a enlevée. » 

A seize ans, Amélie est brutalement happée par une maladie viable mais incurable : le diabète insulinodépendant. 

Celle que son père, cinéaste et écrivain de renom, surnomme affectueusement « Dame Langouste », ne se supporte pas et déteste ce mal qu’elle perçoit comme une maladie honteuse. Pour continuer à vivre, elle se ment, joue avec le feu, teste ses limites. 
Etouffée par une famille qu’elle aime plus que tout, Amélie part à la conquête de ses rêves et recherche le grand frisson. Mais comment vivre une histoire d’amour losqu’on a le sentiment d’être anormal ? Comment mener une vie professionnelle équilibrée lorsque la maladie vous rappelle sournoisement à son souvenir ? 
Un récit lucide et poignant, entre folie douce et réalité cuisante, un plongeon dans la vie déjantée d’une fille « qui ne tient jamais sur ses talons aiguilles ».

Mon avis:

J'ai choisi de lire ce roman, attirée par la couverture et le résumé.

Au départ, le lecteur s'attend à un témoignage d'une jeune femme atteinte d'une forme sévère de diabète.

Mais très rapidement, l'auteur part sur le récit décousu d'épisodes légers de sa vie et une longue suite de "beuveries" et de leurs conséquences prend le pas sur le sujet principal. Il n'y a aucune profondeur, ni linéarité dans l'histoire.  Bien sûr, je comprends qu'Amélie Schoendoerffer veut ignorer ce mal et vivre normalement. Est-il pour cela nécessaire de faire étalage de cette vie bourgeoise d'artistes, de nous gaver de réceptions et de "garden-parties" qui finissent toujours par des bagarres et des vomissements ?

Certes, son père Pierre Scoendoerffer est un grand réalisateur; je comprends que sa fille l'admire mais il est sûrement possible d'en parler plus largement que d'en dire:

" Papa, personnage public important, estimé, admiré."

Fille d'artistes, Amélie voulait être actrice. Ses débuts sont décevants, alors elle décide d'être écrivain. Le talent n'est pas toujours héréditaire.

Le style est quelconque, voire grossier et irrévérencieux.

" Je me suis servi un verre de vin blanc, allumé une clope et commencé à faire la bouffe."

" On s'est bourré la gueule à la margarita en racontant des conneries devant la télé."

" l'autre avait débarqué..." (en parlant de Jacques Dutronc).

Je ne suis pas intéressée par ce genre de littérature;

 

Je remercie logo et les  jc lattès de m'avoir permis de lire ce livre. Mes dernières lectures m'avaient fait douter de mon sens critique car je trouvais tous ces livres bons ou très bons. je sais maintenant que je peux être déçue   par une lecture.

 

Mais je vous conseille de lire l'avis de Pimprenelle, moins négative que moi sur cette lecture.

Lire la suite